Colloque « Les haies, un outil aux multiples atouts pour la transition écologique »

, le 8 février 2024.

J’ai organisé le 26 janvier 2024 avec mon collègue Jean-Claude Tissot, sénateur de la loire, un colloque qui a rassemblé les différents acteurs de la haie en France.
Cette journée a permis de mieux comprendre les services rendus par la haie, les différentes valorisations économiques qu’il est possible d’en tirer et la synergie entre toutes les parties prenantes.

Les haies, alignements d’arbres et les trames bocagères, constituent des éléments importants des continuités écologiques, et contribuent à la
qualité de l’air, aux fonctionnalités écologiques des sols, au cycle de l’eau, et à la qualité paysagère.
Elles abritent également une biodiversité importante, source de résilience pour nos territoires et contribuent à apporter une réponse aux aléas climatiques, de plus en plus importants, violents et fréquents.
Leurs bénéfices agronomiques (effet brise-vent, ombre et alimentation pour le bétail, lutte contre l’érosion, abri pour les prédateurs des nuisibles…) et services écosystémiques (stockage de carbone, régulation de l’eau, préservation de la biodiversité…) pour l’agriculture et la société ne sont plus à démontrer.
L’histoire des politiques publiques agricoles, marquée par le remembrement et par une Politique Agricole Commune longtemps défavorable
à la haie ont contribué à leur disparition, ancrant cette mauvaise image de la haie auprès des agriculteurs. L’inversion de la tendance des politiques publiques depuis 30 ans reste encore insuffisante pour casser cette perception négative des haies qui persiste pour de nombreux agriculteurs.
Si de nombreux acteurs et associations sonnent l’alerte depuis de nombreuses années, c’est parce que non seulement les arasements se cumulent mais de surcroit leur disparition ne cesse de s’accroître. Un rapport publié en début d’année 2023 par le CGAAER, révèlait que leur rythme de disparition a doublé, avec « 23.571 km/an perdus entre 2017 et 2021 », contre «10.400 km/an entre 2006 et 2014 ».
Autre constat de ce rapport : la politique de plantation permet de créer « environ 3.000 km » de haies par an mais une importante partie des haies replantées n’est pas gérée et peut donc péricliter car « l’agriculteur perçoit souvent la haie comme une charge nette directe liée à la
plantation et à l’entretien, sans en voir les bénéfices ». Dès lors, replanter des haies sans s’attaquer sérieusement aux causes structurelles de
leur destruction, et sans travailler à leur gestion durable revient au mieux à se donner bonne conscience, au pire à nuire à la bonne utilisation des finances publiques.
Ces constats ont amené les ministères de l’agriculture et de l’écologie à se saisir du sujet et à s’associer autour d’un Pacte en faveur de la
haie, acte politique fort en faveur des haies dont on attend aujourd’hui les contours précis.
J’ai par ailleurs avec mon ancien collègue sénateur du Morbihan, Joël Labbé et Jean-Claude Tissot déposé une proposition de loi en faveur de la préservation et de la reconquête de la haie, qui se veut complémentaire du Pacte proposé par le Gouvernement

L’ensemble des échanges de cette journée ont été enregistrés et sont disponibles sur YouTube en suivant ce lien Colloque « la Haie, un outil aux multiples talents pour la transition écologique » – YouTube

Vous pourrez également retrouver les vidéos, table ronde par table ronde :

Mot d’accueil de Daniel Salmon, sénateur d’Ille-et-Vilaine et de Laurent Somon, sénateur de la Somme et constat scientifique, technique et des politiques publiques sur les haies en France.

Avec :

Daniel Delahaye, Enseignant-chercheur en géographie et géomorphologie à l’Université de Caen ; Présentation Daniel Delahaye

Catherine de Menthière, Ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts ; Présentation Catherine de Menthière – CGAAER

 

Table ronde n° 1 : La place de la haie dans l’exploitation agricole.

Avec :

Léo Magnin, Chargé de Recherche CNRS, LISIS ; Présentation Léo Magnin

Agnès Kerbrat, Agricultrice dans le Finistère ;

Benoit Alain, Agriculteur dans les Côtes-d’Armor ;

Olivier Devêvre, Agriculteur en Saône-et-Loire et référent biodiversité du label FNAB ;

Fabien Liagre, Associé, Agroof ;

Laurent Bleuze, Responsable Bioéconomie, la Coopération Agricole ;

Nathan Pezet, Coordinateur Filières Végétales, entreprise Olga ;

Philippe Bru, directeur général opérationnel de Beauvallet.

 

Table ronde n°2 : Les bénéfices d’un bon état écologique de la haie et les conditions de sa gestion durable.

Avec :

Philippe Pointereau, Agronome et et expert en agroécologie ; Présentation Philippe Pointereau

Philippe Gruau, Président de CUMA CEPVIL ayant participé à la création du label haie ;

Jean-Marc Lalloz, France Nature Environnement ;

David Rolland, Chargé de mission Habitats et Biodiversité, Fédération Départementale des Chasseurs des Côtes d’Armor ;

Alban Viaud, LPO France ;

Loïc Obled, OFB Direction générale déléguée « Police, Connaissance, Expertise » ;

Martin Gutton, Directeur de l’Agence de l’eau Loire Bretagne ;

Valérie Cornu, Coordinatrice Contrat Territorial de la Colmont SENOM, Syndicat d’Eau du Nord-Ouest Mayennais ;

 

Table ronde n° 3 : La construction de filières biomasse durables et locales.

Avec :

Catherine Moret, Secrétaire Générale de l’AFAC-Agroforesteries ; Présentation Catherine Moret

Laurène Boulitrop, Référente interrégionale Forêt résiliente, ADEME-Directions régionales Normandie, Bretagne, Pays de la Loire ;

Antoine Delbergue, Ingénieur Forêt, Service Agriculture, Forêt, Alimentation, Direction Bio-économie et Énergies Renouvelables, ADEME ;

Jérôme Delannoy, Directeur Biomasse SOVEN ENGIE ;

Emmanuel Lelièvre, Président de la SCIC Mayenne Bois Energie ;

Camille Guérin, Chargée de développement SCIC Pays de Rance ;

Jean-Yves Le Gueuziec, 1er adjoint à Plouaret ;

Régis Roussel, Responsable des services techniques à Plouaret ;

Joëlle Peguet et Jean-Paul Villié, Elus à Saint-Héand ;

Cécile Lharidon, Directrice de l’herbier, Groupe Yves Rocher

 

Perspectives politiques et conclusion

Avec :

Philippe Hirou, Président de l’Afac-Agroforesteries ;

Audrey Coreau, Cheffe de service, Service de l’économie verte et solidaire, Commissariat Général au Développement Durable, Ministère de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires,

Carole Le Béchec, Présidente de la commission climat, transitions et biodiversité à la Région Bretagne ;

Daniel Salmon, Sénateur d’Ille-et- Vilaine ;

Conclusion de Jean-Claude Tissot, Sénateur de la Loire